Retour à la liste

Le mari vindicatif, juin 1862.

2 Rue des Bons Enfants Paris-1ER-Arrondissement

Le soir du 16 juin 1862, un nommé Lefrançois se présente à l'hôtel du pavillon du Louvre, 2 rue des Bons-Enfants, et loue une chambre au 2ème étage. Il demande alors qu'on envoie quelqu'un au café du Danemark, 296 rue Saint-Honoré, pour ramener un nommé Duclos qui y est employé. Une femme a "une communication urgente à lui faire". Rapidement, des gens ayant obéi, Duclos arrive. Mais à peine est-il introduit dans la chambre que le locataire lui tombe dessus, le frappe à la tête avec une canne plombée, puis avec un couteau. L'agresseur Lefrançois est en réalité Antoine Espargilière, patron d'un café, 93 boulevard de Sébastopol, qui a employé Duclos et l'accuse d'être l'amant de sa femme. Aux cris de Duclos, on enfonce la porte avec difficulté pour le découvrir à demi-mort. Gravement blessé. Espargilière a des preuves, des lettres de sa femme à cet individu. Il a d'ailleurs dit à plusieurs reprises qu'il allait la tuer. Un jour, il l'a surprise en train d'écrire à Duclos. Elle a tenté de manger le papier, mais il le lui a fait cracher en lui serrant le cou. Défendu par Me Lachaud, il sera acquitté le 23 août 1862 en qualité de mari trompé.

(dessin Steinlen 1859-1923)