Retour à la liste

Grève dans le papier peint, 1844.

80 Rue du Faubourg Saint-Antoine Paris

Le 27 juillet 1844, plus de soixante ouvriers en papiers peints du Faubourg Saint-Antoine sont arrêtés pour avoir cessé le travail après s'être coalisés afin d'obtenir une augmentation. Les entrepreneurs ont "vainement cherché par tous les moyens de douceur et de conciliation à les faire rentrer dans le devoir" et à "faire cesser cet état de choses aussi préjudiciable aux fabricants qu'aux ouvriers et à leurs familles", dit la presse. Une vingtaine d'entre eux, âgés de 14 à 46 ans, sera jugée par le tribunal correctionnel le 16 août 1844. Il y a Jean Thomas, 44 ans, Pierre Fontaine, 36 ans, et Edmond Bauchet, 37 ans, dirigeants de la Société fraternelle des ouvriers imprimeurs, censée apporter du secours aux malades ou aux chômeurs, mais qui en réalité vient en aide aux coalisés. On reproche à certains des bagarres avec des "jaunes". Tous sont défendus par Me Emmanuel Arago (photo), devant une immense foule d'ouvriers venus au palais de justice pour l'occasion. Le 20 août, huit seront relaxés, dont Thomas, faute de preuve de leur participation à une coalition. Les autres sont frappés de 8 jours à 8 mois d'emprisonnement. 8 mois pour Fontaine, notamment, 3 mois pour Bauchet.

(dessin X)