Retour à la liste

L'assassinat du pharmacien Lagrange, 1879.

98 Rue du Faubourg Saint-Honoré Paris

Le pharmacien de la place Beauvau, dont l'officine se trouve au 98 rue du Faubourg Saint-Honoré, a été trouvé assassiné le 6 octobre 1879, avec sa bonne. Joseph Lagrange et Zélie Gaillat ont été découvert le lendemain matin au sous-sol par un garçon de laboratoire nommé Emmanuel Feuti, 20 ans. Ce dernier jugeait curieux que rien n'ait encore bougé à son arrivée et descendait au sous-sol pour préparer le petit-déjeuner dans la cuisine lorsque, découvrant des traces de sang dans l'escalier, il était ressorti au plus vite pour alerter deux agents de police qui passaient par là. Le commissaire Cazeneuve, du quartier de la Madeleine arrivait peu après. Seul manquait à l'appel l'élève pharmacien Arnold Welter, 23 ans, suisse comme Feuti, qui avait fermé la boutique la veille au soir. Le mobile du crime était clairement le vol, tout ayant été fouillé et toutes les valeurs emportées. L'autopsie du pharmacien et de son employée, réalisée le lendemain par le Dr Brouardel, révèle que la mort remonte au dimanche, entre cinq et six heures de l'après-midi. Entre-temps, Mme Lagrange a reçu une lettre postée au Havre, signée Walder, qui revendique les assassinats, affirme qu'il a agi pour voler et que s'il fait fortune un jour, il remboursera… Peu après le crime donc, le dimanche vers six heures et demie, Walder a ouvert la porte à un neveu du pharmacien et lui a répondu que son oncle était sorti pour dîner chez un ami. Là-dessus, il a fouillé les lieux et l'appartement à l'étage, emporté ce quui lui convenait, échangé sa chemise ensanglantée contre une propre, quitté la pharmacie, fait ses paquets dans sa chambre au 18 rue du Faubourg Saint-Honoré, et définitivement disparu. Il est signalé comme "mesurant 1,69m, cheveux et barbe chatains, cheveux courts et frisés, barbe longue, mais très fortes, ongles coupés très courts, doit être vêtu d'une jaquette et d'un pantalon de drap foncé, chaussé de souliers napolitains et coiffé d'un haut de forme". Walder sera condamné à mort par contumace le 15 avril 1881, plusieurs journaux annonceront périodiquement son arrestation en France ou en Amérique, mais on ne le retrouvera jamais.

(photo CPA)