Retour à la liste

L'arc de triomphe de la Barrière du Trône.

Paris Paris Île-de-France

Jusqu'à la révolution de 1789, la place de la Nation était dénommée "place du Trône". Car le 26 août 1660, Louis XIV et Marie-Thérèse, assis sur un trône majestueux, y avaient reçu le serment de fidélité des Français.

On décida, en souvenir de cette cérémonie et en l'honneur du roi, d'élever sur la place un arc de triomphe comme on allait en élever d'autres près de la porte Saint-Denis en 1672, puis de la porte Saint-Martin en 1674. La première pierre du monument imaginé par l'architecte Charles Perrault (1613-1688) fut posée en août 1670, mais la construction tarda à s'élever, au point qu'il fut décidé de la terminer en plâtre pour juger de l'effet produit.

Le monument se trouvait dans l'axe du faubourg Saint-Antoine et serait aujourd'hui sur la chaussée, à proximité du rond-point central.

Malgré l'approbation générale, on ne termina pas l'œuvre qui tomba en ruines et fut rasée peu après la mort du roi, en 1716.

L'arc avait une cinquantaine de mètres de largeur et autant de hauteur, ce qui était monumental et deux fois plus haut et large que la porte Saint-Denis. Il était dominé par une immense statue du roi à cheval. L'édifice présentait des colonnes corinthiennes, des statues d'esclaves, des trophées, des bas-reliefs évoquant les victoires de Louis XIV, comme sur les portes Saint-Denis, Saint-Antoine et Saint-Bernard.

(Dessin X)