Retour à la liste

La porte Saint-Antoine.

Place de la Bastille Paris Paris

La porte Saint-Antoine était la porte de l'est de Paris dans l'enceinte de Charles V, bâtie en 1356-1383, en remplacement de l'enceinte, plus réduite, de Philippe-Auguste, édifiée à la fin du douzième et au début du treizième siècles. Elle portait ce nom car elle était située sur la route qui menait à l'abbaye de Saint-Antoine.

La porte Saint-Antoine remplaçait la porte Baudoyer de l'enceinte précédente, au carrefour de la rue de Sévigné et de la rue Saint-Antoine. La forteresse de la Bastille ayant été bâtie dans l'axe de la rue Saint-Antoine, la rue contournait la Bastille par le côté nord et la porte Saint-Antoine se trouvait ainsi au nord de la forteresse, au débouché de la rue de la Bastille sur le boulevard Beaumarchais.

Le bâtiment de la porte Saint-Antoine, un arc de triomphe, n'a été construit que plus tard, au seizième siècle, mais à une date incertaine, et décoré de sculptures de Jean Goujon (1510-1566).

Du côté de Paris, les bas-reliefs représentaient les armes de France et de Navarre et des médailles à la gloire de Louis XIV, ainsi qu'une Vertu assise, appuyée sur un bouclier aux armes de Paris.

Du côté du faubourg, la porte présentait de riches décors et deux statues représentant la paix des Pyrénées, signée avec l'Espagne en 1659 après trente-quatre ans de guerre. Une œuvre du sculpteur François Anguier (1604-1669). On admirait aussi un buste du roi en bronze, deux statues couchées représentant la France et l'Espagne se donnant la main et deux figures de fleuves, sculptées par Jean Goujon, dans les impostes du grand arc.

Cette porte fut démolie peu avant la Révolution.