Retour à la liste

La Samaritaine.

Paris Paris Île-de-France

La Samaritaine était une pompe à eau installée contre le Pont-Neuf, à proximité de la seconde arche, du côté aval, devant le quai du Louvre.

Elle portait, jusqu'à la Révolution, en façade, au-dessus du pont, une représentation en plomb doré de la rencontre entre Jésus et la Samaritaine au Puits de Jacob (Jn 4). L'œuvre était due à deux sculpteurs, Philippe Bertrand (1663-1724) et René Frémin (1672-1744), membres de l'Académie royale de peinture et de sculpture.

Le bâtiment de la Samaritaine avait trois niveaux, avec cinq grandes fenêtres par niveau sur ses façades nord et sud. On y accédait par le deuxième niveau qui était à la hauteur du tablier du pont.

Cette construction avait été élevée sur pilotis en 1712, immédiatement après la destruction de la précédente pompe, installée également sur pilotis. Cette ancienne pompe datait, selon les historiens, de Henri IV ou peut-être Henri III.

La pompe précédente, bâtie aussi sur pilotis, était abritée dans une maison à trois étages et mue par une double roue à eau. La maison fut détruite parce qu'elle tombait en ruines. Elle devait apporter vers le palais du Louvre, vers les Tuileries, le Palais-Royal et leurs jardins, l'eau de la Seine, toujours potable au dix-huitième siècle.

Le bâtiment de 1712, confié à la responsabilité d'un gouverneur, était beaucoup plus élégant que l'ancien et présentait une silhouette de chapelle, avec un campanile qui dominait une horloge, tournée vers le pont, et abritait un carillon.

Après un remplacement de la pompe elle-même en 1772, le bâtiment fut démoli en 1813.

Le nom de la Samaritaine a survécu dans le nom de l'ancien grand magasin installé à proximité par Ernest Cognacq en 1900 et fermé en 2005.