Retour à la liste

Au palais des Tournelles, 1559.

62 Rue Saint-Antoine Paris

Le 30 juin 1559, le roi Henri II est tué dans un tournoi rue Saint-Antoine, devant le château des Tournelles, résidence royale officielle depuis la fin du XIVème siècle, aujourd'hui disparu. Dans le tome I de "Fortune de France", Robert Merle en fait ce récit : "On avait pour la circonstance, dépavé la rue Saint-Antoine devant l'hôtel des Tournelles, afin que les chevaux pussent galoper sur le sable et que les chutes des jouteurs fussent moins rudes. Henri II, en tant que tenant, devait courir trois courses, et ses assaillants une seule. Henri II se prépara avec beaucoup de soin à ce qui était pour lui la grande affaire de sa vie, car il aimait à la passion tous les exercices corporels, et il attachait plus de prix à l'honneur de faire branler sur sa selle son adversaire qu'à l'avantage de conserver une province à son royaume. Et quand le premier assaillant, Emmanuel-Philibert de Savoie -qui n'avait cessé de porter ce titre alors même qu'il ne possédait pas un seul pouce de terre savoyarde- entra à l'hôtel des Tournelles pour se présenter au roi, celui-ci, déjà tout armé et casqué, lui dit en riant :

- Or ça, mon frère, serrez bien les genoux, car si je puis, je vous ferai vider les étriers, sans respect de notre alliance.

   Il n'y parvint pas, cependant, chacun des deux adversaires brisant sa lance sur le bouclier de l'autre, et le Duc, son tronçon jeté, empoignant l'arçon de sa selle et branlant quelque peu mais sans tomber. Les juges donnèrent l'avantage au Roi, mais après la deuxième course qu'il courut contre le Duc de Guise, celui-ci n'ayant pas bronché, et Henri II pas davantage, ils opinèrent pour l'égalité. La troisième et dernière course que le Roi devait courir, l'opposait au Comte de Montgomery, capitaine des Gardes. C'était un grand et roide jeune homme dans toute la force de ses vingt ans, et le Roi et lui se choquèrent à outrance, brisant chacun leur lance, mais sans que les juges donnassent avantage à l'un ou à l'autre, ce qui piqua fort le Roi. Il haussa sa visière et il cria qu'il voulait avoir sa revanche contre Montgomery et courir une quatrième course.

   Cette prétention était si manifestement contre les règles des joutes qu'elle rencontra quelque opposition :de la part de M. de Vieilleville, qui entrait au même instant en lices pour courir, en tant que tenant, ses trois courses, et de Montgomery lui-même qui, en tant qu'assaillant, ne pouvait donner qu'une course et craignait que les autres assaillants ne lui reprochassent d'avoir outrepassé ses droits. Mais le Roi, élevant le ton, ne voulut rien entendre, renvoya M. de Vieilleville hors des lices et commanda à Montgomery d'y entrer à nouveau. Ce que fit Montgomery, très à contrecœur, et plus roide que jamais.

   L'obstination du Roi avait créé un certain malaise chez les spectateurs, si bien que lorsque la course commença, les trompettes et clairons qui, dans les courses précédentes, avaient sonné à tue-tête et oreilles étourdies, restèrent silencieux. Et ce qui fut plus tard estimé comme un présage funeste, cette course-là se déroula dans le plus mortel silence.

   Tout se passa alors très vite. Les deux assaillants brisèrent chacun leur lance, mais Montgomery, toujours aussi tendu, au lieu de jeter à terre son tronçon comme il aurait dû, garda dans la main le tronçon brisé. Et son coursier poursuivant, après le choc son furieux galop, ledit tronçon porta contre la tête du Roi, soulevant la visière de son heaume, et lui crevant l'œil. Le Roi lâcha son bouclier, bascula en avant avec juste assez de forces pour embrasser le col de son cheval qui, toujours au galop, l'emporta jusqu'à l'extrémité des lices où les officiers royaux l'arrêtèrent. "Je suis mort", dit le Roi d'une voix faible en tombant dans les bras du Grand Ecuyer.

   Il survécut dix jours dans des souffrances atroces. Philippe II envoya de Bruxelles Vésale, le célèbre chirurgien qui, aidé d'Ambroise Paré, sonda la plaie et tâcha d'en retirer les esquilles de bois de la lance. Pour essayer de comprendre l'étendue du mal, les deux grands médecins se firent donner par la Conciergerie quatre têtes de criminels qu'on venait de décapiter, et contre ces têtes ils choquèrent avec force le tronçon de Montgomery, mais ces macabres expériences leur apportèrent peu de lumières".

Le roi va mourir le 10 juillet 1559 et son épouse, Catherine de Médicis, mère de ses dix enfants, va raser les Tournelles. Le roi Charles IX, son fils, en donne l'ordre officiel en 1564 et commence alors, hors de Paris, la construction du palais des Tuileries, ainsi nommé parce qu'il devait être construit à proximité d'une fabrique de tuiles.

(dessin X)