Retour à la liste

L'Université agitée, 1530.

Place Saint-Germain des Prés Paris Paris

Sous François Ier, calvinistes et luthériens se rassemblent au Pré aux Clercs pour y chanter des psaumes. Ils s'excitent mutuellement à braver les lois. On compte parmi eux l'amiral de Coligny (photo), Antoine de Bourbon et sa femme Jeanne d'Albret, reine de Navarre. A plusieurs reprises, ces attroupements ont été dissous à coups de bâtons ou de pierres (v. suite 5è arr, rue Saint-Jacques).

En 1548, un an après le décès de ce roi, es étudiants qui défendent les privilèges du Pré aux Clercs, vaste domaine de l'abbaye de Saint-Germain des Prés entre la rue Bonaparte et le Champ-de-Mars, s'en prennent aux bourgeois dont les maisons empiètent, disent-ils, sur le domaine de l'Université. Mais malgré un arrêt du Parlement qui leur donne gain de cause, ils n'obtiennent pas les démolitions réclamées pour pouvoir construire un mur d'enceinte. Ce sont alors une succession de disputes au point qu'en janvier et mai 1549, le Parlement doit interdire toute réunion au Pré aux Clercs. En mai 1557 cependant, l'agitation prend de l'ampleur. Des maisons sont incendiées place Maubert (5ème arr) alors que l'on brûle un étudiant picard, Baptiste Crocoezon, meneur des révoltes, au Pré aux Clercs.

(dessin X)